Translate

lundi 16 décembre 2013

Dauphin Island en Alabama

Retour sur nos pas! En visitant la Nouvelle-Orléans, on a atteint le point le plus à l'Ouest pour cette année! Ah, le Texas nous a tenté. On y a réfléchit. On a presque décidé de s'y rendre. Mais, la Floride ne nous avait pas dit ses derniers mots. On ne l'appelle pas le Sunshine State pour rien!

On repart donc sur nos pas. Sur des chemins maintenant connus. La route est longue. La plus longue que nous aurons faites tout d'un bout jusqu'à maintenant : environ 9 heures pour se rendre à Tampa Bay, en territoire familier. Là où nous avons des amis, là où l'on connait les lieux. On fera un arrêt Truck Stop. Les enfants sont énervés! Ils décident même de dormir un peu pêle-mêle dans le salon, l'extension à peine ouverte au lieu de dormir dans leurs lits. Décidément, ils ont le voyage et l'aventure dans le sang.

Mais je vais trop vite...

Car avant Tampa Bay...

Il y a eu Dauphin Island!

Là où la mer est tout autour. Là où la mer est à distance de marche. Là où la mer s'entend! Ahhhhhhhhh!!!!!!!!!!!

On prendra toute une semaine pour profiter d'elle. La plage est un immense carré de sable. On prendra les vélos et remplirons la poussette à vélo de camions, de chaudières et de pelles. Nous nous amuserons dans les quelques vagues pour initier les enfants au surf sur le ventre. Nous marcherons pieds nus sur le rivage et admirerons la beauté de cet élément à la fois calme et puissant.

La semaine suivante, la chaleur se dissipera! Malheureusement. Il est donc temps de visiter en commençant par l'Estuarium. C'est un peu comme un aquarium, mais en plus petit. La visite est agréable, les poissons sont beaux. On apprendra comment les ouragans et l'explosion de BP ont affecté l'ile. Au sortir de l'établissement, on est face à Fort Gaines. On s'y rend avec plaisir pour apprendre comment les militaires de l'époque pouvait vivre jusqu'à 6 mois dans ce château-fort enclavé par l'eau. Nous sommes emballés par l'ingéniosité et l'utilisation des ressources nécessaires pour construire le site. Des chambres jusqu'aux cuisines. En passant par les latrines et la forgerie. D'ailleurs, un homme est sur place pour faire la démonstration du métier de forgeron tel qu'il était dans les années 1800. C'est passionnant, et comme nous sommes seuls sur les lieux, l'homme prendra le temps de nous expliquer et de nous montrer toutes les étapes.



Restant dans l'histoire, nous prendrons la route le lendemain pour se rendre dans la baie de Mobile pour visiter le Battleship USS Alabama où vivait jusqu'à 2500 hommes pendant la 2ème guerre et le sous-marin USS Drum où ce fut plutôt 73 hommes confinés en vase clos dans ce lieu où l'on devient claustrophobe. Deux visites en un même lieu. Nous y passerons un après-midi. Il nous en aurait fallu le double! On est peut-être un peu lent..... Hum, je réfléchis! Oui, ça se peut!!!



Nous finirons la semaine sur ce constat : Nous avons l'âme voyageuse, nomade. Nous le savons depuis longtemps! Mais on a aussi l'âme marine. On a eu le bonheur de voguer sur différents bateaux. Parfois petits, parfois très grands! Chacun nous offrant le plaisir de la navigation! Cette fois, nous ne pouvions pas résister à une traversée qui mène à Fort Morgan, de l'autre côté de la Mobile Bay. Ayant le traversier comme voisin, la tentation était très forte! On finira donc notre périple insulaire par un allée-retour sur le Fort-Morgan où nous pourrons voir de près quelques-unes des dizaines de plate-forme pétrolière et de gaz naturel qui sont visibles à l'horizon en plus de regarder valser les dauphins près du bateau lors de l'arrêt entre les deux ports. On est ravis! Est-ce que ça se peut se lasser d'admirer leur danse?


On reprend donc la route! Sur des chemins connus en territoire connu! Retour sur nos pas. Après une longue route, nous arriverons là où l'hiver deviendra chaud. Nous nous poserons... Plus longtemps. On fêtera Noël et le jour de l'an à Tampa Bay pour ensuite s'arrêter tout un mois, peut-être plus! On prendra la vie comme elle viendra et nous en savourerons chaque instant comme nous le faisons maintenant. La lenteur ayant élu domicile dans nos vies. Quoi qu'elle était déjà bien installé avant! Elle s'est juste encrée un peu plus au plus profond de nos êtres.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire