Translate

lundi 4 mai 2015

Un choix qui dérange!

Il y a plus de onze ans que nous sommes devenus le centre de l'univers de quelqu'un. Son repère, son gardien de l'âme. Avec amour, nous avons consolé sans attendre, allaité à demande et jusqu'à pu soif, bercé des heures, chanté dans la nuit. Nous avons dormi dans la même chambre et refusé les bras d'autrui. J'ai pris ma retraite et nous avons continué, chaque jour pour être là, à chaque instant. Parce que les années qui nous sont données pour élever sont précieuses. Parce qu'élever veut dire faire l'élévation de, amener plus haut. Pour qu'ils puissent s'envoler, le plus haut et le plus loin possible. Pour qu'ils puissent faire l'envol en sachant que nous les porterons.


Quand les années sans garderie sont venues à terme, il était maintenant temps de passer le relai. De ne plus intervenir dans leurs apprentissages, de laisser quelqu'un d'autre le faire. C’est ce que tout le monde dit. C’est ce que tout le monde fait.

Mais il y avait un mais. Un immense mais. De l'un qui ne se tait pas, qui nous envahi l'esprit, qui oblige à questionner et à trouver une autre voie. À moins que ce ne soit que de continuer dans la voie que nous avions prise; une voie où l'on ne rencontre pas tous les jours quelqu'un, mais où le calme et le choix importent plus. Et si l'école n'était pas une voie obligée? Et si on avait le droit de marcher ailleurs ou à contre sens? La maternelle n'est pas obligatoire. L'école ne commence qu'à six ans. Et si on restait encore un an ensemble? Fallait-il vraiment passer le relai, laisser quelqu'un d'autre intervenir?

C'est ce que nous avons fait. C'est ce qui a changé une partie de notre futur. La maternelle s’est terminée et nous avions le même constat : Il y avait une autre voie et nous l’avons emprunté.

Ça n'a rien à voir avec le désir de retenir ou de ne pas couper le cordon. Juste une profonde envie d'être là. De les voir grandir et évoluer à leur rythme. De développer leurs passions et leur offrir le monde dans sa totalité. Parce qu’au contraire, c’est le désir de les voir s’envoler avec force qui nous donne envie d’être là, encore et encore.

Sauf que c’est méconnu et incompris...
Si mon fils de 16 ans n’était qu’en secondaire 1, on n’en parlerait pas.
Si ma fille de 11 ans était sous médication depuis sa maternelle, on n’en parlerait pas.
Si ma fille de 14 ans prenait de la drogue et manquait tous ses cours, on n’en parlerait pas.
Si mon fils de 7 ans était intimidé, on n’en parlerait pas.
Si mes enfants passaient 50 heures en garderie, on n’en parlerait pas.
Si mes enfants passaient leurs temps libres devant la télé ou les jeux vidéos, on n’en parlerait pas.
On n’en parlerait pas parce que c’est ce que les enfants font : Ils vont à l’école quoi qu’il arrive et ils font ce que tout le monde fait.

Sauf qu’on en parle. Parce que nous sommes visibles le mardi matin dans le parc de jeux. Parce que nous sommes visibles en vélo le jeudi après-midi. Parce que nous sommes encore visibles dans notre VR ou à l’épicerie en pleine semaine.

Et que ça dérange... Ils ne vont pas à l’école ces enfants-là?

Sauf que...
Ils parlent français et anglais.
Ils ont visité 5 pays, et parcouru 33 états américains et 6 provinces canadiennes.
Ils ont pris l’avion, le navire de croisière, le voilier, le train, le métro, le tramway, le VR.
Ils ont des amis de toutes les races, de divers pays et de plusieurs langues.
Ils ont nagé dans l’Atlantique et le Pacifique.
Ils ont vu, à l’état sauvage, des dauphins, des bélugas, des sea lions, des phoques, des harbors seals, des alligators, des serpents, des veuves noires, des coyottes, des road runners, des bisons, des elks, des wapitis, des requins de sable.
Ils savent lire une carte et utiliser une boussole.
Ils savent planifier un itinéraire.
Ils connaissent les données latitude et longitude.
Ils ont ressenti la sécheresse de la terre, la chaleur d’un geyser et l’odeur du désert.
Ils savent prédire les changements de météo en regardant le ciel.
Ils connaissent les étoiles par leur nom et savent se situer dans l’espace.
Ils savent lire, compter, écrire et raconter.
Ils connaissent les principes de l’électricité, de la chimie, du magnétisme et de l’électronique.
Ils savent réparer leurs vélos, vérifier l’huile de l’auto et ajuster la pression des pneus.
Ils sont sociables, ricaneux, ouverts et heureux.
Ils ont marcher sur un volcan et respirer le manque d’oxygène des montagnes.
Ils ont appris l’histoire des indiens, des pueblos, des espagnols, des premiers arrivants.
Ils savent construire une hutte, allumer un feu sans allumettes et reconnaitre les arbres par leurs feuilles.
Ils savent trouver et reconnaitre divers roches et minéraux.
Et surtout, ils vivent la liberté d'avoir accès à tout, sans compromis, sans interdits et avec envie.

Mais NON. Ils ne vont pas à l’école. Et ça, ça dérange et tout le monde en parle!

Si vous nous rencontrez, prenez le temps de jaser. Posez des questions et restez attentifs. C'est peut-être surprenant, sûrement un peu différent, mais c'est extraordinaire!

18 commentaires:

  1. En accord avec toi Nathalie ;-) .... vos enfants sont extraordinaires .... des gros rayons de soleil ! xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! C'est vrai que le soleil brille en permanence à la maison! xxx

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu un texte qui nous rejoint autant. Nous sommes partis pour 6 mois en safari-condo faire le sud Ouest et la Baja.
    En 2013 nous avons vécu le plus beau cadeau de notre vie. Comme vous dites, sortir du courant automate, oser, s'élever pour voir autre chose.
    Mes 2 gars avaient 9 et 11 ans.
    Ils ont visité des plantations de coton et on demandé aux guides (blancs) ou sont les maisons des esclaves?
    Ils ont vu l'itinérance des grandes villes américaine.
    Ils ont eu mal au coeur en Californie avec toute cette opulence. Nous revenions d'un mois en totale liberté de la Baja. Se faire héberger par le prof de surf sur son terrain en face du Pacifique en Baja Sur. Rien à l'intérieur sauf un lit, 4 planche de surf, pas d'électricité, pas d'eau courante. Mais il était fier et heureux.
    Nous avons pris une douche, mon garçon et moi, avec un tuyau qui sort du mur, avec de l'eau qui tombe par gravité à la chandelle.
    La bas pas de 16G, 32G ou autres besoins artificielles. Ceci est l'éducation selon moi.
    Ils ont vu le Mardi Gras, on s'est perdu dans the Needles dans Canyonlands et nous avons marchés plus de 20km dans le noir avec les scorpions, avons dormi avec des alligators sauvages et en libertés.
    Les enfants ont rencontré les autres enfants, comme eux, sans artifice, ils devaient communiquer!!!! vous savez pas de SMS, pas d'instagrame, pas de snapchat....
    2 ans plus tard, mon plus vieux a fait son entré au secondaire, comme si s'était sa 7ième année!!!
    Aucune crainte du nouveau, du monde , de l'inconnue. Il a eu presque 100% dans tout ce qui est des sciences, histoire géo....
    Il se fait son opinion lui même et se fait confiance!
    Mon plus jeune, a quitté son club de soccer local car il s'est fait repéché par la pré-académie de l'Impact de Montréal.
    Alors que certains ont refusé d'aller dans le dangereux Montréal, il y a été seul à 10 ans. Arabes, Africains, Asiatique, Orientale tous des joueurs multi ethnique. Il n'y a pas de différence pour les enfants.
    Vous savez à 15 ans l'Académie va jouer partout en Amérique du Nord. Certains quittent après 3 mois car ils ne peuvent fonctionner seul, ils sont loin de la maison, angoisse et personne pour faire leur chose.

    Après deux ans notre couple aussi à changé, nos identités aussi!!!

    Alors le différent fait peur, mais sommes nous pas libre de penser, libre de décider, libre de vivre selon nos valeurs.

    Les enfants ont un bagage incroyable et sont heureux, nous avons eu le privilège d'être ensembles les 4 pendant 6 mois. C'est le plus beau cadeau de la vie!

    Vos enfants et vous allez être libre de pensé, libre de vivre.

    FÉLICITATIONS VOUS VOUS ÊTES DONNÉ CE PRIVILÈGE, CE N'EST PAS DE LA CHANCE, C'EST DE LA DÉTERMINATION ET DU COURAGE QUE CA PRENDS.

    Désolé d'avoir pris tant de place sur votre mur mais en vous lisant ceci à explosé en moi!

    Si vous voulez voir un peu de notre périple:

    L'École Buissonnière dans l'Ouest
    www.safari997.blogspot.com

    Bonne route de la vie, je vous connais pas mais j'ai le gout de vous dire qu'on vous aimes bien!

    La famille Hébert-Desjardins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WOW! J'adore votre commentaire! C'est vrai que ça change tout : De notre vision à nos relations personnelles... Mais ça change en mieux!

      J'espère que votre aventure n'était pas la dernière. Je vous en souhaite de nombreuses autres. Continuez d'offrir à vos enfants le plus beau des cadeaux : Votre présence et votre confiance en la vie.

      J'ai regardé votre lien et ça ne me donne qu'une envie... Partir vers le Mexique! :-) Ah! Les voyages!

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Celà ne dérange que ceux qui vivent avec des œillères par crainte de sortir du moule! Nous allons partir 6 mois l'an prochains et je suis sûre que nos 3 enfants apprendront sûrement plus pendant ces 6 mois de voyage que s'ils étaient restés à la maison! Les voyages forment la jeunesse, mais aussi le caractère, l'autonomie et l'indépendance! Bonne poursuite à vous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous souhaite un bon voyage et une bonne route. Qui sait? Peut-être nous croiserons-nous.

      Vos enfants vivront une expérience extraordinaire... Vous aussi! Profitez de chaque instants.

      Supprimer
  5. Je trouve votre texte inspirant et encourageant. Il y a quelques années nous avons vécu l'école à domicile avec mon aîné, (aujourd'hui il étudie en biotechnologie), maintenant nous revivons l'expérience avec nos deux plus jeunes enfants. L'expérience est un peu différente parce que ma fille souffre de déficience intellectuelle et que mon fils est atteint de TDAH. Nous faisons de l'apprentissage scolaire mais aussi et surtout je les aide a devenir autonome. Chaque jour est fait d'apprentissage et de découverte. Nous voyageons à temps partiel et souhaitons le faire de plus en plus. Et je peux vous confirmer que nos choix de vie dérangent. Que nous soyons au Québec, au Canada ou aux USA, la question revient souvent: pourquoi les enfants ne sont pas à l'école?? Ils ne réalisent pas que c'est pour le bien des enfants et que parfois nous faisons des sacrifices (financier et autres) pour nous en occuper à temps plein. Mes 2 derniers n'iront jamais à l'université, mais s'ils apprennent à lire et a devenir autonome, nous saurons que nous avons fait les meilleurs choix pour eux. En attendant je dois apprendre (je dis Je parce que mon mari lui n'ai pas affecté par le regard des autres) à vivre avec mon Choix qui dérange. Bonne route à toute votre famille, j'adore vous suivre et vous lire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel cadeau fantastique vous offrez à vos enfants : Celui de votre présence et du temps.

      C'est vrai qu'il faut apprendre à vivre avec le regard et le jugement des autres. C'est difficile, je sais. Mais bien souvent, c'est quand ça dérange le plus que l'on sait que notre choix est le bon. Garde ta force pour ce que tu as de plus important : Tes enfants qui, grâce à toi, auront la possibilité d'aller plus loin. Ils sont chanceux!

      Supprimer
  6. C'est formidable. J'adore. C'est notre rêve.
    J'aimerais poser ici la question qui me bannit de tous les groupes : comment faites-vous financièrement ? Ma fille adorerait vivre de cette façon, elle est non-sco et isolée. J'ai un peu voyagé avant d'être maman, et j'aimerais pouvoir partager avec elle tout ce que j'ai pu voir et ressentir, et plus encore. Mais je ne peux pas.
    Alors, une réponse, un conseil ? Ou bien encore une leçon philosophique de vie sur ce que l'on veut vraiment pour nos enfants, mais qui ne m'aide pas à devenir nomade !
    Bonne continuation à vous tous. C'est ça, le vrai bonheur.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne te bannirai pas... Cette question revient toujours. Mais, je n'ai pas de réponse. Parce que chaque voyage se fait avec le budget qu'on a. Pour y arriver, il y a beaucoup de sacrifices et de choix. Tu pourrais voyager à pied, mais dormir à l'hôtel et manger au resto tous les jours. Ton budget serait alors plus grand que le mien qui voyage en VR, mais qui cuisine et dors au camping. Tu pourrais aussi visiter tous les grands parcs thématiques ou marcher dans les Parcs Nationaux. Tout est toujours une question de choix.

    Le meilleur moyen d'y parvenir sera de te demander comment tu peux le faire. Choisi un moyen qui te convient et ajuste ton budget. Peut-être que certaines années tu bougeras plus et que d'autres années tu devras être plus stationnaire, mais tu vivras ton rêve et c'est le plus important.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette jolie réponse. La première jolie et claire réponse (enfin !) qu'on me fait à cette question.
      Donc, je note... :-)

      Supprimer
  8. Je ne voyage pas! Juste ici dans ma petite ville, la question vient chaque fois qu'on "ose" sortir la semaine : "elles ne vont pas à l'école ces grandes filles là?"... On s'y fait un jour?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on s'y fait! Et on est fière de suivre son coeur!

      Supprimer
  9. J'aime tellement te lire Nathalie. Toujours inspirante, toujours encourageante, un modèle à suivre pour moi!

    RépondreSupprimer
  10. Je viens juste de découvrir votre Blog. Je suis en amour! Merci de nous partager ces articles inspirants! Longuuuuuuue vie au Six Nomades! :)

    RépondreSupprimer
  11. Oh.... Merci! :-D Ça me fait vraiment plaisir un commentaire comme ça!

    RépondreSupprimer